© Mierscher Kulturhaus

D’MINA AN DÉI VERGIESSE MELODIE

Dans le cadre de la production pour enfants du Mierscher Kulturhaus « D’Mina an déi vergiesse Melodie », la Fondation Sommer soutient des ateliers pédagogiques de musique dédiés aux enfants malentendants du Centre de Logopédie. « D’Mina an déi vergiesse Melodie » est un spectacle de musique et de théâtre autour de l’œuvre de Beethoven, accessible aux enfants entendants et malentendants, et ce grâce à la participation d »artistes professionnels luxembourgeois et d’une actrice en langue des signes.

En se basant sur cette création, les ateliers de préparation au spectacle permettent aux enfants d’écouter, de percevoir et de ressentir la musique à leur manière, d’apprendre à connaître divers instruments de musique et de s’exprimer sur la musique en dansant et en chantant.  L’atelier est réalisé par la pédagogue de théâtre luxembourgeoise Catherine Hengesch, qui joue sur scène et qui a co-développé le concept du spectacle.

D’une manière générale, cette production sensibilise à la surdité et souligne l’importance de l’accessibilité aux productions artistiques; une accessibilité qui doit être garantie à toute la société, y compris aux personnes aux besoins spécifiques. Le public entendant quant à lui (re)découvre la langue des signes qui y figure comme outil d’expression puissant et surprenant.

© Sandy Flinto

TRANSMISSIONS

Entre récit de voyage et mythologie, la pièce Ecological Anxiety Disorder plonge les jeunes spectateurs de plus de 14 ans dans un univers onirique et surréaliste, une expédition dans un monde à part, au cœur même du septième continent. Un continent en plastique composé par des courants circulaires au milieu de l’océan. Dans ce terrible rapport à l’environnement, la frontière entre l’illusoire et le réel se floute: les peurs ancestrales de monstres marins, à la fois effroyables et fascinants, ré-émergent entre les symptômes de cette pathologie, l’éco anxiété.

Loin de tomber dans des pièges moralisateurs, cette immersion dans les abysses nous entraîne dans un fascinant voyage scénique. Dans Ecological Anxiety Disorder, les performeurs s’emparent d’un écosystème synthétique au beau milieu d’un paradis perdu. Une odyssée à la fois poétique et troublante, qui chorégraphie corps et matière. Grâce au projet «Transmissions» basé sur le matériel de recherche de la pièce, les artistes initient les jeunes adolescents à la création et au respect de l’environnement via une série de Workshops scéniques: écriture, danse et musique. Plongeant les jeunes au cœur du monde théâtral et de la problématique écologique, ils ouvrent le dialogue en préparant les jeunes à l’univers de la pièce et en recueillant leurs questionnements après la création.

© Nouvelle Abada Capoeira Luxembourg

LA RODA

«Réunir partager, créer, échanger, s’exprimer, interagir et dialoguer»: telles sont les valeurs de la capoeira. Entre danse, percussion et musique, elle inculque l’humilité, permet le dépassement de soi et l’apprentissage du respect de l’autre. La capoeira a depuis toujours vocation à inclure et à réunir. Durant toute l’année 2020, Abadá Capoeira Luxembourg célèbre ses 20 ans d’existence et d’action culturelle et sociale. Dans ce cadre, la fondation Sommer finance le projet «La Roda» (la ronde, car les participants forment un cercle) qui aboutira à un spectacle de capoeira réalisé avec les élèves de l’école primaire de Bonnevoie-Gellé et les enfants et adolescents du club Abadá Capoeira Luxembourg.

Pour préparer cette représentation à l’école primaire de Bonnevoie-Gellé, les élèves suivent des cours de capoeira, de danses afro-brésiliennes et de percussion brésilienne. A travers ces workshops où «la musique fait parler le corps», les jeunes de tous horizons s’initient à la culture afro-brésilienne et expérimentent un nouvel espace d’échange interculturel. Via «La Roda», les apprentis capoéristes développent leur estime de soi et leur créativité, mais aussi leur capacité à s’exprimer et à échanger.

© Corps In Situ

K – D’ÉCOLE

K –D’ÉCOLE est un projet d’éducation artistique et culturelle mené en parallèle de la création du PROJET K, et mené en dialogue avec trois partenaires: le Lycée Vauban, le TROIS C-L (Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois) et la compagnie Corps In Situ/ARTEZIA.

Le but de ce projet est de favoriser la création et la transmission par l’introduction d’une résidence de création artistique et professionnelle au sein d’un établissement scolaire, le lycée Vauban. Les élèves rencontrent des artistes professionnels, assistent aux répétitions et découvrent les métiers de la danse.

Ils sont immergés dans un processus de création chorégraphique. Deux classes de seconde sont initiés aux arts martiaux et à la danse contemporaine avec les danseurs professionnels Ville Oinonen, Youri De Gussem, Jennifer Gohier et Grégory Beaumont. La restitution de fin de résidence de création de PROJET K par les danseurs professionnels a eu lieu le 6 mars 2020 au Lycée Vauban et une restitution par les élèvesde la fin des ateliers aura lieu prochainement.